Skip to content

Non à la fermeture intellectuelle, oui à l’ouverture et aux savoirs

7 mai 2014

Que n’entend-on pas ? Ici, c’est le désir de supprimer toute idée différente dans le débat, là c’est la volonté d’étouffer une idée qui ne serait pas sienne et là encore c’est le bâton qui menace ! On serait chez nous et les idées des « autres » seraient à bannir! Quand on encourage ainsi cette forme de gouvernance, on n’est pas loin de renier le principe républicain.

Avoir sa culture locale, régionale est une puissance délicieuse quand elle se parle comme dans le gallo ou le breton. La syntaxe et le vocabulaire traduisent des modes de pensée riches et variés. Mais exclure le développement d’autres cultures en érigeant la sienne en modèle exclusif est un acte de fermeture vis à vis de l’autre. A exclure l’autre on n’est pas loin d’une balkanisation de populations dans des domaines géographiques limités. La cote d’alerte est peut-être atteinte. L’ouverture à des cultures différentes est au contraire un moyen de valoriser la sienne  mais surtout de découvrir la richesse d’autrui. Par ce biais indispensable, le vivre ensemble accroît chaque jour sa potentialité. Pour cela, il ne faut pas se cantonner à la facilité culturelle. Proposer des manifestations qui étonnent, qui déstabilisent, qui vont jusqu’à heurter le spectateur , tout cela est nécessaire: c’est aussi le rôle de l’art de remettre en question, d’interroger, de modifier la façon de penser pour penser plus richement. Il est nécessaire de joindre aux équipes dirigeantes des collectivités territoriales des personnels ainsi formés à bac plus cinq, oui à bac plus cinq et même davantage. Ces personnels viennent enrichir les programmations par leur regard éclairé.  L’expérience des personnes peut aider mais le savoir et les compétences acquises par les études permettent de voir plus clair. En bref, une collectivité territoriale  doit avoir l’ambition de programmations culturelles fortes et variées.

Sculpture

Les savoirs multiples sont nécessaires. Faire croire que les savoirs ne sont pas utiles va plaire à certaines populations bien sûr non instruites et pas assez cultivées mais les élus ont pour devoir républicain de promouvoir la connaissance.  Dans le cas contraire, nous allons vers la promotion du non-savoir, du jeu, du droit de la force et non de la force du droit.

A bon entendeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :